Montre automatique : un fonctionnement rétro et écologique

Publié dans Nouveautés et tendances bijoux le 6 janv. 2020
Le fonctionnement d'une montre automatique

Instrument incontournable pour mesurer le temps, la montre automatique s’inscrit depuis plus d’un siècle comme un grand classique de l’horlogerie grâce aux nombreuses qualités qu’elle possède. D’où vient-elle et comment marche-t-elle ? Passons en revue son origine et son mode de fonctionnement. 

 

La petite histoire de la montre automatique :

La montre automatique ou la montre à mouvement mécanique est souvent citée comme une invention de l’horloger suisse, Abraham Louis Perrelet, en 1777. Cependant, certains historiens la catégorisent comme une œuvre d’Hubert Sarton, en 1778. Pour d’autres, elle est une création de l’horloger anglais, John Harwood, en 1920. 

En tout cas, une chose est sûre, son existence était quasiment méconnue jusqu’à l’arrivée des montres à bracelets, au début du XXᵉ siècle. Popularisée depuis, elle demeure jusqu’à aujourd’hui un classique indémodable grâce à son mécanisme à remontage manuel qui renferme de nombreux atouts. 

Effectivement, il est économique et écologique puisqu’il fonctionne sans pile. Il est également hyper résistant, autant au temps qu’à la température.  Même les montres de luxe que nous connaissons tous comme celles de la marque Rolex se sont aussi équipées de ce dispositif. 

 

Comment fonctionne la montre automatique ?

La montre automatique est donc différente de la montre à quartz et de la montre électronique grâce à son mécanisme de remontage sans pile ni batterie. Comment fait-elle alors pour marcher ? 

Pour faire court, elle fonctionne grâce aux mouvements qu’effectue le poignet où elle se place. Ainsi, lorsque le bras bouge, elle produit automatiquement de l’énergie qui va, ensuite, activer le mouvement de la montre. Petit bémol, bien qu’elle se suffise à elle-même pour marcher, la montre à remontage manuel exige d’être portée régulièrement au risque de la voir s’arrêter. 

Selon le modèle, cette dernière dispose de ce que l’on appelle une “réserve de marche”. Elle peut aller de 12 heures (pour les anciens modèles) à 35 heures (pour les modèles plus récents).  

 

Les différents composants d’une montre automatique :

Afin de mieux cerner le fonctionnement de la montre automatique, il est indispensable de connaître chacun des éléments qui la compose. Sur ce point, vous avez :

  • Le rotor : en forme de demi-cercle, il est la masse oscillante de la montre à remontage qui tourne à 360° pour armer le ressort de barillet. Si la montre fonctionne, c’est en principe, grâce à ce dispositif.
  • Le ressort de barillet (ressort moteur) : il s’agit d’une sorte de ruban métallique enroulé sur une roue qui a pour mission de stocker de l’énergie pour, ensuite, la libérer par un jeu d’engrenages pour faire marcher la montre.
  • Le remontoir : il est le mécanisme qui permet d’armer le ressort et d’assurer le remontage du poids des instruments horaires.
  • La couronne : elle est la pièce de forme ronde se trouvant à l’extérieur du boîtier qui sert à remonter la montre ou la mettre à l’heure.
  • Le système de transmission : comme son nom l’indique, il assure la transmission de l’énergie emmagasinée dans le ressort de barillet jusqu’à la roue d’échappement.
  • Le balancier : il est la pièce qui sert à régulariser le mouvement mécanique provoquant le fameux “tic-tac”.
  • L’échappement : dans les montres automatiques, il est un mécanisme qui sert à compter les oscillations du balancier-spiral.
  • Les aiguilles : ce sont sans doute les éléments d’une montre que tout le monde connaît. Fixées sur un pignon, elles indiquent les heures, les minutes et les secondes.
  • Le cadran : il est la plaque qui permet, non seulement, de recouvrir la platine du mouvement mécanique, mais il permet aussi de lire l’heure en fonction de la position des aiguilles grâce aux chiffres qu’il affiche.
  • Le boîtier : cet élément assure la protection de chacun des composants de la montre dont le mouvement, le cadran et les aiguilles. Il est aussi l’outil indispensable pour donner du style à une montre.

Coraline AEIMERTON est l'auteur de cet article

Partagez cet article